Soleil à 22h

De Brest au Guilvinec !

Cette semaine fut géniale grâce à la présence de Max, coté nav j’aurais un peu moins de choses à raconter…

Max_a_leauMax est arrivé vers 23h, on c’est assez rapidement couché car il fallait réorganiser le bateau avant de partir si on ne voulait pas se marcher sur les pieds pendant la semaine. Aude m’avait déjà bien aidé à tout mettre dans le bateau en vitesse avant mon départ. Tout seul je m’en sortais mais à deux ça n’aurait pas été possible de vivre convenablement dans un tel fouillis ! J’avais prévenu Max qu’on aurai une première journée de rangement. Les conditions météo (plein soleil et pas de vent) ont rendue cette journée bien éprouvante ! Sortir quelques centaines de kilos de matériel sur le pont, le re-trier, renforcer les sacs poubelles mis pour étanchéifier les cartons de stylos, de blocs notes et de souris d’ordi à destination de l’Afrique (ou des Antilles pour les deux premiers), se contorsionner pour ranger tout ça en gagnant un maximum de place, ressortir un gros carton car on en a trouvé un qui se calais parfaitement, mettre en place le frigo, scier la table à carte pour qu’elle coulisse au dessus du frigo, découper des planches soit pour pouvoir les ranger, soit pour caler certains cartons, etc. etc. etc ! Sorry Maxou !

Bateau quasiment vidé !

Bateau quasiment vidé !

Au fur et à mesure que la journée avançait on se disait qu’on arriverai jamais à partir le soir même… Finalement on a réussi ! Merci soleil de te coucher à 22h30 dans nos belles contrées Bretonnes ! L’objectif était simplement de sortir de la rade de Brest afin de pouvoir se faire une nav sympa le lendemain. Car 2h pour sortir de la rade ça rend la sortie tout de suite moins fun ! Au moteur qui plus est !

Sauveteurs SNS

Sauveteurs SNS

Et tête en l’air que je suis, j’ai oublié qu’il fallait remettre du gasoil de temps en temps ! Du coup petite panne sèche… Heureusement j’ai toujours un bidon plein en rab, et avec mes problèmes de filtre (voir premier article) je commence à bien connaître mon moteur. Je rajoute donc de l’essence,  chasse l’air et réamorce le tout en dévissant la dernière vis du circuit d’arrivé d’essence. Le moteur repart, et Max me pose 1000 questions sur le fonctionnement d’un moteur… Heuuu, j’ai juste dévissé une vis mon Maxou, j’y connais pas grand choses moi ^^

 

Partis à 20h, nous arrivons au port de Camaret-sur-Mer. Déçus que le curé ne soit pas dans le coin, nous avons quand même gaiement chanté ses cantiques :p Arrivé au ponton un bruit rémanent me titille les tympans … Une passerelle entre deux pontons grince au rythme des vaguelettes ! J’ai vidé une demi bombe de WD40 sur les roulements pour qu’on puisse dormir tranquillement ! On croise 3 personnes toutes heureuse que les bruits soient finis :) D’autres avaient aussi essayé mais se sont un peu moins acharnés.

Belle Étoile 2 voiles dehors

Belle Étoile 2 voiles dehors

On fait un tour sur les pontons et on s’arrête devant un gros bateau : “Belle Étoile“. Les deux gars qui bossaient à bord nous invitent à monter à bord. Très beau bateau ! Il servait à la pêche et embarque maintenant des classes de collèges et autres touristes pour une demi journée de découverte de la navigation sur vieux gréement. On a pas mal discutés et ils m’ont donné plein de bons conseils pour la nav en solitaire. Par exemple avoir un seau percé pour pouvoir monter au mat en solo. Quand le bateau avance, le sceau étant accroché à une extrémité d’une drisse (moi à l’autre), on le jette à l’eau, la pression permet de faciliter la montée au mat. Et le trou permet de pouvoir ramener le sceau sans trop de difficultés lorsque l’on veux redescendre.

Belle Étoile au ponton

Belle Étoile au ponton

Mercredi matin je profite (encore) de Max pour pouvoir monter au mat et vérifier que tout vas bien là-haut car je n’ai pas eu l’occasion de le faire à l’achat. Je remets un peu de scotch à l’extrémité d’une des barres de flèches pour éviter que le Génois se déchire en raguant. Vérifs des barres de flèches (pas de fissure), et tcheck en tête de mat. Je me rend compte que finalement il y a déjà des feux de nav à poste. Cool j’en aurais au balcon et en tête de mat, ça me convient bien. Mais les branchements ne sont pas faits, vas falloir que je m’en occupe. J’en profite pour installer un nouveau réflecteur de radar tout en haut de mon pataras. Et dernier tcheck : le truc rond de l’enrouleur (je ne connais pas le nom) qui reste accroché en haut de mon Génois. J’y ai fait un nœud de chaise avec la drisse, mais ça rague… Le bout de drisse est à moitié rongé. Du coup je vais couper le bout de drisse déchiqueté et faire un nœud de pendu sur un mousqueton que je mettrai en lieu et place du nœud de chaise. Ça évitera l’usure et ça permettra de faciliter le changement de voile si besoin.

Au mouillage dans la Baie des Trépassés

Au mouillage dans la Baie des Trépassés

Un rien fait plaisir en bateau !

Un rien fait plaisir en bateau !

Nous partons de Camaret en espérant pouvoir passer la Pointe du Raz. On se prévoit un plan de secours car nous allons passer au jusant, et vu la force du courant ça risque de pas le faire. Effectivement nous avons bien fait car on ne serait pas passé. Nous nous arrêtons donc en Baie des Trépassés ! Là, on se fait un gueuleton simple mais efficace : patates sautées au beurre accompagné de son omelette aux piments, curry et fines herbes ! On ne s’en est pas remis de tout le voyage ! La seconde fournée de patate était un peu trop grillée, j’ai donc rajouté un peu de vin rouge et des herbes de Provence, c’était nikel.

Raz de Sein juste avant la baston !

Raz de Sein juste avant la baston !

Le lendemain on passe à l’étale au Raz de Sein. Gros gros paquets de mer, Max était pas bien rassuré. Mais Céding est un bon canot et s’en sort comme un chef ! Par contre j’ai mal fermé le capot avant, je ne me suis pas rendu compte qu’un bout s’était coincé. Du coup la cabine avant est trempée, heureusement que l’annexe était gonflée au dessus sinon nous étions bons pour écoper les cales de rangement je pense. On a tiré un seul bord jusqu’au port du Guilvinec, les vents étaient bien établis à 25 Nœuds. Nous avons pris 1 ris et rentrés 1/3 du Génois… On avançais encore à 6 Nœuds ! Vogue petit canot  vogue !

Paté Hénaff, chantier naval Hénaff à Guilvinec !

Paté Hénaff, chantier naval Hénaff à Guilvinec

Arrivé au Guilvinec, port de pêchu, nous n’avons pas trouvé l’unique ponton visiteur. Enfin si, mais on c’est dit que ce n’étais pas un ponton visiteur car c’est le seul ponton que nous avons vu et il était déjà rempli. Le Guilvinec était à l’époque un port réservé exclusivement à la pêche marchande, c’est un très bon abris mais on flotte quasiment sur du gasoil ! Et il n’y a que 8 places visiteurs !

On décide de prendre une bouée libre. Je fait une bonne manœuvre coups de fouets pour faire demi tour en bout de port, pas évident avec le courant qu’il y a ici. La veille j’avais dévoré “Guide pratique de manœuvre” d’Eric Tarbarly,  ça m’a bien aidé. Merci Pajean (mon grand père) pour ce bouquin, mon coéquipier l’a bien apprécié aussi :) La prise de bouée se passe sans anicroche, à ceci près qu’en fin de manœuvre une légère odeur de cramé me chatouille les narines :s La pluie se met à tomber drue, on se cale à l’intérieur et allumons la radio à la 69′ du quart de finale France/Allemagne. Devrais-je dire Allemagne/France maintenant qu’ils ont gagnés? Tant pis, soyons patriotes !

Solénoïde du démarreur démonté !

Solénoïde du démarreur démonté !

Le lendemain nous devions partir pour Loctudy, ça devait être une nav difficile car beaucoup de cailloux, des vents établis à 25 Nœuds avec des rafales à 38 et beaucoup de pluie. Nous avions un doute à cause de l’odeur d’hier, et effectivement, c’est le démarreur qui a lâché :( Nav annulée, nous en profitons pour aller à la crêperie et recharger les portables. Allons ensuite à la coopérative maritime demander des infos. Tous les ateliers sont fermés jusqu’à lundi. Pas de quoi me démoraliser, mais je suis assez mal vis à vis de Max qui c’est pris une semaine de vacances et ne vas pas pouvoir naviguer autant qu’il l’aurait souhaité :s

On repère un ponton sur lequel il reste une mini place et décidons de faire le nécessaire pour y amener le bateau. Quitte à rester là, il faut au moins  qu’on ai de l’électricité à bord ! Pour haler le bateau jusqu’au ponton il nous faut contourner toute une rangée de bouées alors qu’en ligne droite il y en a pour 25m. Du coup on réfléchit à la manœuvre, on lie 6 bouts afin d’avoir environ 70m de cordage et on se lance. Avec l’annexe nous accrochons une extrémité du cordage à une bouée de la rangée qui nous empêche de filer droit, retour au bateau, on largue les amarres et laissons filer le nouveau cordage petit à petit. Arrivés 50m plus loin nous amarrons Céding au dernier bateau de la rangée coquine, remontons dans l’annexe, récupérons le cordage, le faisons passer de l’autre bord pour l’amarrer au ponton visé et le ramenons à nouveau sur Céding. De là nous pouvons nous haler jusqu’au ponton. Le moment délicat était au moment où le cordage traversait le chenal entre le ponton et Céding… Si un bateau passait à ce moment là, le cordage se serait immanquablement coincé dans l’hélice. J’ai donc tanné Max pour qu’on vérifie toute les 20 secondes si personne n’arrivait. Tout c’est bien passé, c’était long (3h environ), nous avons bien joué avec le courant et le vent, nous étions bien trempés mais heureux d’avoir finalisé correctement la manœuvre. Après il a fallu passer tout le cordage au jet d’eau puissant car l’eau du port les a tous rendus quasis noirs ! On en a profité pour se prendre une bonne douche au jet d’eau sur le ponton.

Couché de soleil !

Couché de soleil !

Ensuite on c’est fait une grosse session Djembé qui rends pas mal. J’ai pris une vidéo, je mettrais tout ça en ligne plus tard ;) Puis on est aller au bar du coin en se disant qu’on trouverai peut être une info utile pour le démarreur… Échec, nous avons en revanche bien réussi à finir ronds comme des queues de pelles !

Voiles en ciseau !

Voiles en ciseau !

Le dimanche, les ateliers étant fermés, nous trouvons un moyen de passer le temps : shampouiner le bateau et l’annexe. Javel puis Cif ! Ça fonctionne du tonnerre ! Moi en technicien de surface avec le balai brosse et Javel, puis Max en fée du logis avec éponge et Cif ! Une équipe de choc et un pont qui brille de mille feux ! Ensuite on bouquine les bouquins de Pajean, la bible des Glénans, et un petit coup d’internet. J’en profite pour acheter le matériel manquant pour le déploiement des salles informatiques au Sénégal. VSF avait transféré 350 euros sur le compte d’HumaniMer pour que j’effectue ces achats (switch et câblage). Mais avec la mise en place des virements SEPA il faut que j’attende la réception d’un code par courrier postal, ça prends du temps mais on a ce temps, donc tout vas bien. Et j’ai pu, à posteriori, enregistrer mon numéro de portable. Pour d’éventuels prochains virements, je recevrai directement le code sur le téléphone. J’attends un mail de Tiphaine, quand elle recevra le courrier en question, pour finaliser l’achat.

Du côté du site humanimer.fr, ça fonctionne plutôt bien pour l’instant, ce mois ci en 7 jours il y a déjà eu 189 visiteurs uniques pour 661 pages vues ! Et l’association a déjà récolté 700 euros (les comptes sont à 1900 avec mon apport, sans l’argent de VSF). Je tenais à re-remercier tous les donateurs et à rappeler que tout cet argent sera dépensé exclusivement dans un but humanitaire.

Statistiques de humanimer.fr !

Statistiques de humanimer.fr !

Lundi, réveil à 8h car les ateliers ouvrent à 8h30. On glane quelques infos à droite à gauche mais personne ne peut réparer sur place. En revenant au bateau on nous propose de nous faire sortir du port en nous tractant mais nous refusons car le même problème se présentera à l’arrivée au prochain port. On test la godille, les courant sont trop fort. Il a fallu démonter l’échelle à l’arrière car elle gène le mouvement de la rame. J’arrive à avancer un petit peu mais je ne tiendrai pas toute la longueur.  Je raccompagne finalement Max à la gare, ça lui fera une journée pour s’occuper de papiers en attente.

On c’est quand même bien amusé tout au long de la semaine, Max c’est un mec génial !! Je le vois une à deux fois par an seulement mais on a toujours su qu’on pouvais compter l’un sur l’autre. J’ai appris pas mal de vocabulaire marin cette semaine grâce à lui !

Max_couche_soleil

Je tiens à m’excuser une dernière fois mon ptit Maxou pour tous les désagréments de cette semaine ! J’espère que tu t’es quand même bien détendu et que tu as passé d’agréables vacances ;) Au plaisir de te ré-accueillir à bord !