Qu’est ce que l’Humanitaire?

L’humanitaire c’est quoi?

"L'humanitaire c'est la volonté d'aller à la rencontre de personnes qui sont en situation précaire, qui vivent une situation de crise. C'est la volonté d'être témoin, d'être solidaire, parfois uniquement par sa présence. Et puis de leur amener toute une efficacité technique en médical, en logistique, en éducation, en agronomie, ou autre, qui leur permet de sortir de la situation dans laquelle ils se trouvent, de reprendre leurs responsabilités, et de mener une vie normale." Web TV de l'Université de Nantes

Cette définition donne une bonne idée de ce qu’est l’humanitaire. Elle prend en compte toute personne dans une situation de besoin, en pays étranger ou en bas de chez vous. On pense souvent à l’humanitaire comme étant des actions à effectuer dans un pays lointain, sous développé ou en situation de crise. Cependant il ne faut pas oublier qu’aider son prochain c’est déjà faire preuve d’humanité !

Pourquoi faire de l’humanitaire?

En faisant de l’humanitaire on s’ouvre à l’autre, et l’autre s’ouvre a nous !

Nombreuses sont les personnes investies dans l’humanitaire qui affirment que les actions effectuées leurs ont permises de vivre de grandes expériences leurs donnant une nouvelle vision du monde et une nouvelle perception de la vie. En se confrontant à l’autre, en essayant de le comprendre ça façon de fonctionner et en cherchant à l’aider d’une manière qui lui correspond, on trouve des ressources au fond de nous même dont on aurai jamais eu idée. On en tire des enseignements moraux et/ou techniques qui restent profondément ancrés en nous.

Mettre en place des actions humanitaires permet d’offrir ses compétences, d’améliorer l’existence de populations, de contribuer au développement personnel de son prochain. C’est une des nombreuses façon de contribuer à construire un monde meilleur.

Quelles actions mener pour faire de l’humanitaire?

Dans un premier temps il faut réfléchir à ce que l’on défini soit même comme étant une situation précaire. Est-ce être dans la rue? avoir faim? avoir peur? être dans une situation de handicap? ne pas avoir accès à l’éducation ou aux soins? etc. etc. etc. C’est ensuite que l’on pourra décider de s’investir dans une action qui nous correspond.

Il faut ensuite réfléchir ou se renseigner sur les possibilités d’actions permettant d’aider en visant l’autonomie du bénéficiaire. Si on aide ponctuellement, sans cadre permettant de viser cette autonomie, alors on fait du solidaire et non de l’humanitaire.

"Si tu donnes un poisson, tu apaises la faim pour un jour ;
 Si tu apprends à pêcher, tu apaises la faim pour toujours !"

Il existe une multitude d’action possible, je ne saurai en faire une liste exhaustive mais voici quelques pistes :

  • Répondre directement à un besoin (dons d’équipements, nourriture, médicaments, vêtements, abris, etc.)
  • Répondre indirectement à un besoin (dons à une association, mise à disposition de compétences, etc.)
  • Aider sur un chantier de bénévole (construction d’écoles, de bâtiments, protection de l’environnement, etc.)
  • Développer le sport humanitaire (ouverture à l’autre, travail en équipe, garder l’esprit sain, etc.)
  • Travailler dans l’humanitaire (faire de son travail un moyen de développer tel ou tel type d’aide humanitaire)
  • Sourire à son prochain (dixit Soeur Emmanuelle)

Je vous invite à regarder la page Facebook d’Humanimer, section Likes. Vous y trouverez plusieurs grosses associations humanitaires et solidaires qui proposent différents types d’actions. Les grosses associations se servent en général de vos compétences professionnelles pour mettre en place des actions pérennes. Je conseillerais de s’orienter vers de plus petites structures si l’on veux effectuer des actions qui sortent de vos compétences professionnelles. Votre aide sera accueillie avec joie et vous aurez moins de difficulté à effectuer des actions telles que vous vous les êtes imaginées.

Est-il facile de faire de l’humanitaire?

Oui et non !

Si l’on a bien réfléchi à l’aide que l’on veux apporter, une aide qui correspond à nos envies de tous les jours, alors on se facilite beaucoup la tâche. Si l’on s’investit dans une association sans trop savoir où l’on veut aller, la tâche peux s’avérer bien plus compliquée !

Faire de l’humanitaire c’est engager beaucoup de ressources pour un résultat que l’on ne peut certifier à l’avance. Avant d’engager des actions, il est nécessaire de bien comprendre  ce dont a besoin le bénéficiaire. Il faut donc beaucoup discuter, proposer des idées, se renseigner sur ce qui a été fait ailleurs. Bref, donner de son temps et de sa personne sans avoir encore pu réellement commencer une action concrète.

Si l’on a pas un objectif à viser, on en voit pas le bout. On doute, les questions fusent, et les actions ne sont jamais engagées. Alors qu’avec un objectif final, un objectif qui nous tient à cœur, on élimine plus ou moins rapidement les grands doutes et on arrive petit à petit à surmonter les difficultés.

Dois-je faire de l’humanitaire en France ou à l’étranger?

Pour ma part je vous conseillerai de faire de l’humanitaire ou du solidaire près de chez vous dans un premier temps. Cela vous permettra de mieux comprendre et vous imprégner des problématiques liées à ce type d’actions. Ainsi, lorsque vous partirez à l’étranger, vous aurez une meilleure idée de ce que vous voulez réellement apporter et serez plus à même de mettre en place des actions pérennes.

En France, les actions humanitaires seront plutôt du type création de structures (crèches pour mère en difficulté, centres d’hébergements, etc.), aide à la réinsertion (accompagnement de jeunes ou adulte en difficulté, alphabétisation, etc.) ou formation aux gestes de premiers secours (avec la Croix Rouge Française par exemple). A l’étranger on trouvera plus de population précaires, les actions sont plus diversifiées et plus simple à mettre en place car moins lourdes administrativement. On pourra mettre en place le même type d’action qu’en France ou s’engager pour des populations en situation extrêmement précaire. Un CAP français est déjà un très bon niveau d’étude dans beaucoup de pays, une unique compétence technique peux permettre de sortir tout un village de la misère.

Faut-il un diplôme pour faire de l’humanitaire?

Non !

Les principales qualités que l’on attend d’un bénévole sont l’ouverture d’esprit, l’envie de donner de son temps, le respect des cultures, religions et coutumes et être humble et tolérant.

À partir de là, toutes les associations vous ouvrirons leurs portes. Ne pas avoir de diplôme vous empêchera peut être de mener un projet humanitaire mais ne vous empêchera certainement pas d’y participer. Mettre en place un projet nécessite toujours beaucoup de ressources. Nous avons besoin de vous pour organiser du transport de matériel, recruter d’autres bénévoles, former les nouveaux arrivants, passer des coups de fil, gérer l’administratif, témoigner, etc. etc. etc.

 

J’espère que cet article vous aura apporté quelques réponses aux questions que vous vous posiez et que vous avez maintenant une meilleure idée de ce qui se cache derrière le terme “Humanitaire” !