photo d'un tableau contenant un texte argumentatif sur l'ordinateur

Le projet informatique est fini… pour nous !

Après deux mois de travail acharné, voici un résumé du projet informatique dans les iles du Saloum.

Trois écoles, une à Niodior, la seconde à Dionewar, et la troisième à Diogane, ont exprimées le besoin d’avoir une salle informatique pour former leurs élèves. Grace à l’association HumaniMer, j’ai pu récolter 25 ordinateurs destinés à ces écoles.

Un gros travail logistique a été effectué par VSF afin de pouvoir répartir les 25 ordinateurs sur les 15 bateaux en partance cette année. Les ordinateurs sont tous arrivés à destination, mais l’humidité inhérente au transport en mer nous a causé quelques soucis. Il a fallu les vérifier, les démonter, les nettoyer, puis les faire sécher. Neuf d’entre eux ne voulaient plus démarrer, mais après séchage, tous ont finalement fini par fonctionner.

Tout le déploiement et les formations des bénéficiaires ont été effectué par nos soins. Il a été convenu, pour des questions de temps (transatlantique oblige), que je me chargerais de déployer les salles de Niodior et Dionewar. J’ai cependant promis de trouver une solution pour que la salle de Diogane puisse être déployée par des insulaires après mon départ.

Pour ce projet, il fallait offrir 8 ordinateurs fonctionnels par salle.

photo d'enfant derrière les ordinateurs

La salle en cours d’utilisation !

Mais mettre à disposition des ordinateurs avec un système
d’exploitation Windows et quelques outils de base tel que Open Office, antivirus, lecteur de document pdf, etc. me semblait insuffisant. Les insulaires n’ont pas une grande connaissance de l’informatique. Pour la plupart, même le maniement de la souris n’est pas acquis. De plus, les salles déployées sont destinées en priorité aux écoles, et ensuite à la communauté.

screenshot du bureau Asri Education

Bureau Asri Education Kids 3 à 6 ans

J’ai donc trouvé un système d’exploitation basé sur Linux, ASRI éducation, qui offre plus de 1500 logiciels ludo-éducatifs. Ces logiciels sont principalement destinés aux écoles primaires et collège mais peuvent être utilisés par les plus grands pour se familiariser avec l’outil informatique. J’ai fait en sorte que l’on puisse démarrer l’ordinateur soit sur Linux (pour les élèves), soit sur Windows (pour la communauté).

Une fois tous ces ordinateurs réparés et les systèmes d’exploitations mis en place, il a fallut procéder à des formations. Formation de techniciens et d’enseignants… Et même des 451 élèves de Niodior grâce à l’implication d’Élodie !

En premier lieu, tous les enseignants ont été formés à l’utilisation de la suite « ASRI éducation » et à la détection de pannes bénignes (câbles d’écran ou d’alimentation débranchés, messages d’erreurs, etc.). La formation leur a aussi permise de comprendre l’utilité de deux logiciels installés sur Windows : Encarta et Wikipédia. Une enseignante, Awa, a déjà montré l’exemple à Niodior en créant un cours de sensibilisation sur le problème du Sida. Elle s’est servie de ces deux encyclopédies (accessibles hors ligne car pas de connexion internet là bas) pour créer un nouveau cours.

photo prise lors de la formation des techniciens

Formation des techniciens !

En second lieu, des techniciens ont été formés. Car sans technicien, la salle se dégraderait au fur et à mesure du temps et il ne resterait plus assez d’ordinateur pour que les classes puissent en profiter dans de bonnes conditions. Ils ont donc été formés à la réparation matérielle et logicielle (HardWare et SoftWare). Pour ces formations, des vidéos ont été créées afin que même après une longue période d’inactivité, les techniciens formés puissent être à même de démonter un ordinateur, d’installer Windows, et d’installer Linux.
Environ 25 techniciens ont été formés dans chaque village. Ils ont tous pu suivre la formation à titre gracieux. Il leur a simplement été demandé de se rendre disponible une à deux fois dans l’année (signature à l’appui) pour pouvoir réparer les ordinateurs de la salle à l’appel du directeur.
Suite à cette formation, de nombreux ordinateurs du village ont pu être sorti des placards et réparés en notre absence. Le cybercafé, la radio, et des villageois ont réussi à réparer eux même leurs ordinateurs en panne depuis longtemps.

Un exemple frappant est celui de monsieur CAMARA, directeur de l’école 1 de Niodior. Il avait une machine au placard depuis deux ans. Faute de temps et de moyens, il n’avait pas pu la faire réparer. Après avoir appris à démonter le processeur et la RAM, il a pu redémarrer son ordinateur et a retrouvé tous ses dossiers et fichiers qui lui manquaient terriblement pour faire de nouvelles demandes de
subventions ou partenariats. Il en a aussi profité pour réparer trois autres machines appartenant à des amis.
Aujourd’hui encore, Alimatou nous a confié qu’elle a ressorti un ordinateur du placard !

Avant ces formations, j’ai rencontré les autorités (chef de village, sous préfet, imam, président du Comité de Gestion des Élèves (CGE), etc.) afin de leur expliquer ce qui allait être mis en place. Ces rencontres avaient pour but de comprendre leurs attentes vis à vis de la salle informatique et de faire en sorte que tout le village soit informé de ce qui allait se passer.

Suite à ces formations, il a été demandé aux directeurs d’organiser une réunion de « livraison » de la salle. Le but de cette réunion était de faire prendre conscience à la communauté que la salle leur appartient et qu’il va falloir en prendre soin. Une telle salle induit des coûts d’électricité, il faut penser à protéger les ordinateurs de la poussière (maudite poussière), et il faut faire en sorte que tout un chacun puisse en profiter dans de bonnes conditions.
A Niodior par exemple, le président du CGE à présidé la séance qui s‘est déroulée en Wolof afin que tous puissent comprendre et participer. Beaucoup de solutions ont été trouvées avant qu’on ne puisse dire « ouf » ! Plus de 40 personnes ont assisté à la réunion et ont montré un réel engouement pour ce projet. D’autres sont venus mais n’ont pas pu rentrer dans la salle car elle était remplie à craquer.

Réunion de livraison de la salle informatique

Réunion de livraison de la salle informatique

Nous en avons maintenant fini avec les deux premiers villages. Comme promis, j’ai réussi à trouver un local, Laity Simon Sene, pour se charger du déploiement et des formations à Diogane. Si tout se passe bien, Laity aura pour mission de suivre dans le temps l’évolution des salles et sera amené à être l’interlocuteur privilégié pour toutes les questions informatique dans le Saloum vis à vis de VSF.
Concernant l’association HumaniMer, nous avons bon espoir de pouvoir, ensemble, construire de nouveaux projets informatique dans cette région qui lui est chère.

Suite à ce projet, VSF à ouvert un nouveau volet… Ils faisaient principalement du médical et du scolaire. Maintenant ils vont développer un volet informatique, qui, nous l’espérons, leur permettra de rendre encore plus autonome les populations des îles du Saloum.

Je reviendrai dans le détail sur tout ce qui a été fait et je tiens à mettre à disposition tout le travail effectué pour que chacun puisse en profiter, et pourquoi pas répliquer ça ailleurs.

Ceci est prévu pour début juin car la connexion au Sénégal ne me permet pas de tout mettre en ligne tout de suite. Je vais chercher une meilleure connexion de l’autre coté de l’Atlantique ;)

Je réécrirai au moins deux autres articles avant de commencer mon aventure solitaire à travers l’atlantique.

Un dernier mot pour remercier ma Louet qui a été bien courageuse de supporter son gros geek pendant deux mois et demi !!!