fort de la latte

Première semaine de navigation

Ça y est je suis à Brest, et entier qui plus est !

En_Solo

 

Cette première semaine c’est très bien passée, naviguer en solo c’est le pied ! Une fois la voilure bien réglée le bateau avance tout seul (au près). Je n’ai pas encore installé le pilote auto mais pour l’instant je n’en ai pas vraiment eu besoin. Un bout (cordage) accroché à la barre suffit.

 

Navionics_Lézardrieux

 

 

Je pensais que j’aurai plus de difficulté à lire mes cartes, et surtout à faire le lien entre ce que je vois sur la carte et ce que je vois sur l’eau. Finalement ça se passe plutôt bien, et lorsque j’ai un doute, j’allume le téléphone, et le logiciel Navionics me permet de tout vérifier en un clin d’œil (merci la technologie !). Ce logiciel m’a permis de me rassurer, je ne l’utilise quasiment plus car j’ai maintenant assez confiance en ma nav.

 

Les Sept Îles, vue de l'Ile Aux Moines

Les Sept Îles, vue de l’île Aux Moines

Du coup dès le troisième jour je me suis fait un petit kiff au raz des cailloux ! En sortant de Lézardrieux, plutôt que de passer au large, je suis passé par le Chenal de la Moisie… Sans Navionics je ne l’aurais jamais fait ! Passé La Moisie la mer est bien formée, le bateau tient bon, et moi je jubile :) Passé les Héaux de Bréhat ça se calme, direction Les Sept Îles ! 13H45 je mouille à l’Est de l’Île Aux Moines, gonfle l’annexe et vais y faire un petit tour (voir photos Flickr). Départ à 17h pour Perros-Guierec, un seul bord au près/bon-plein pour arriver à 18h.

Les reines de l'Île Aux Moines (les sept iles)

Les reines de l’Île Aux Moines (les sept iles)

Première prise de ponton parfaitement réalisée, ça fait plaisir ! Il n’y a pas de courant, et le vent est assez faible donc je n’ai pas vraiment de mérite. Le chef de port s’excuse de me sauter dessus dès mon arrivée mais est arrangeant question prix : il déclare le bateau à 7m25 au lieu de 8m25 afin que je paye un peu moins chère :) Merci M’sieur !

Code des douches en poche, je peux enfin me laver ! Oh bonheur cristallin ! Trois jours passés à petit déjeuner, déjeuner et dîner des pâtes ! Pâtes cuites le jour du départ… Pâtes sans sauce… Pâtes froides… Pâtes trop salées… Raz le bol ! À moi la crêperie !!
Le panneau solaire étant toujours en attente d’un arceau qui puisse le soutenir, je profite d’être à quai pour recharger ordi, téléphone, caméra et enceintes.

Prochain objectif : Anse de Kernic !
Après une heure de nav bien matinale mais ensoleillée, j’aperçois un bon gros nuage gris sur ma route… Super ça vas enfin bastonner un peu me dis-je ! Je rentre dans le carré pour préparer ma brassière et enfiler des vêtements de pluie. Le temps de fixer le harnais à la brassière, d’arrimer correctement la survie et l’annexe, d’enfiler la veste de quart, la pluie commence à nettoyer Céding. D’1m50 de creux on passe à 2m, mais rien de bien impressionnant. C’est sûrement mieux ainsi. Le jour ou ça bastonnera vraiment je ferais moins le fier ;)
Après 12h30 de navigation je commence à vraiment sentir la fatigue, mes manœuvres sont moins précises et je ne suis plus aussi sur de ma nav. J’arrive à Kernic bien crevé et prend la première bouée que je trouve… bouée de la SNS :s Mais bon leur bateau est amarré sur une bouée à l’extérieur de la Anse de Kernic donc je reste là, et je suis à bord donc si besoin je bougerais.
Jusqu’ici je m’étais restreint à ne naviguer qu’avec les courants favorables, mais pour arriver à Kernic il a fallu que je navigue un peu avec les courants dans le nez. Finalement tant qu’il y a du vent j’arrive quand même à avancer c’est bon à savoir.

Pas loin

Pas loin

Départ le lendemain à 7h30 pour l’Aber-Ildut !
Il n’y a quasiment pas de vent… J’essaye quand même d’avancer à la voile jusqu’à 10h puis décide de mettre le moteur. Au large de Portsall il y a pas mal de mer alors que les conditions sont idéales. Je n’aimerais pas passer dans le coin l’hiver…
Petit passage sympa au raz du phare Le Four.
L’Almanach du marin Breton dit que l’Aber-Ildut est un très bon abri mais qu’il faut se méfier du courant (environ 3Noeuds). Effectivement, je m’y suis repris à deux fois pour prendre le mouillage (embossage sur bouées haltères).

Mes premiers légumes !!!

Mes premiers légumes !!!

 

Je suis un peu en avance sur le planning, et personne ne vient me voir pour me faire payer la place. Du coup je vais rester une journée de plus ici. J’en profite pour aller manger dans un Bar-Restaurant et apprécie mes premiers légumes du voyage ! Je discute un peu avec un gars du coin. Il connaît l’ancien propriétaire de Céding… C’est dingue !

 

Retour au bateau, je me sers de mon téléphone comme modem et en profite pour mettre en ligne le système de payement carte bleue sur le site. Il est donc maintenant possible de faire un don à l’association HumaniMer directement sur ce site internet. J’envoie aussi un RIB à l’association VSF qui doit me transférer 350 euros pour acheter un complément de matériel informatique destiné à équiper les salles du Sénégal. Et dernière chose : j’ai remaniée la page News, on peut maintenant y voir mes derniers Tweets. Je me sert de Tweeter pour donner les infos en temps réel.

Le lendemain, jour de pause, j’ai reconnecté mon filtre sur le circuit d’arrivé de gasoil. Réamorcer un moteur diesel n’est pas évident mais au bout de 2 tentatives tout à l’air de fonctionner correctement. Je laisse tourner le moteur un quart d’heure afin de m’assurer que c’est bien le cas. Ça tourne correctement, je me dis que c’est une bonne chose de faite.

Le moteur : YANMAR YS8, moteur agricole marinisé

Le moteur : YANMAR YS8, moteur agricole marinisé

Lundi, 10h30, c’est reparti pour une petite journée de nav jusqu’à Brest. Enfin petite, c’était sans compter sur le filtre a gasoil qui refait des siennes ! En sortant de l’Aber-Ildut, panne moteur en plein milieu du chenal, cailloux à droite, cailloux à gauche… Bonne manœuvre dans la hâte, sortie génois puis GV. J’arrive à sortir du chenal proprement, règle le bateau pour qu’il tire un long bord et replonge les mains dans le gasoil. Trois fois le moteur redémarre, trois fois il cale. Au bout de 3h d’acharnement et 8 bords tirés, je décide de remonter le circuit sans le filtre. Ça marche mais c’est pas top, si l’injecteur venait à se boucher c’est une autre paire de manche (démontage de parties pas facilement accessibles du moteur). Je ferais un article plus détaillé sur cet incident.
J’arrive finalement à Brest à 17h30, à la marina du Moulin Blanc (moins chère que celle du Vieux Châteaux). La prise de ponton n’est pas plus délicate qu’à Perros-Guierec mais je me suis un peu moins bien débrouillé… J’ai fait un petit bisou au bateau voisin, pas fort, mais bisou quand même. Le propriétaire était à l’intérieur, il est sorti, m’a juste demandé si j’avais tapé et est rerentré sans même aller voir s’il y avait des dégâts (enfin j’ai tellement pas tapé fort qu’il a dû se douter qu’il n’y avait rien du tout).

Mes premiers joints

Mes premiers joints

Peinture de la cuisine refaite

Peinture de la cuisine refaite

 

 

 

 

 

 

Maintenant je suis à Brest et j’attends l’arrivée de Max ! Une semaine de nav trankilou entre pote en perspective :) J’en profite pour repeindre ma cuisine et refaire l’étanchéité de mon nouveau réservoir à eau.